Rencontre avec Cécilie, créatrice de Les Belles de savon

Cécilie est une charmante savonnière qui met toute son âme au service de la création de généreux savons fabriqués « à l’ancienne » et dans un profond respect de la nature et de ce qu’elle a de plus beau à nous offrir. En 2013 elle crée Les Belles de Savon à l’identité chargée d’histoire et au charme désuet.

Cécilie y propose une gamme de 12 savons réalisés à la main, formulés sans huile de palme ni base industrielle, non testés sur les animaux et dont l’impact environnemental est très faible depuis leur fabrication jusqu’à leur utilisation.

Ses savons sont saponifiés à froid, une méthode traditionnelle qui permet d’obtenir des savons surgras et naturellement glycérinés qui ne déssèchent pas la peau et ne laissent aucune sensation de tiraillement après la toilette.

Les ingrédients sélectionnés sont biologiques, les couleurs sont naturelles, issues d’argiles, de poudres ou de jus de plantes, le lait est acheté frais et local… une conception exigeante pour des savons crémeux et authentiques, adaptés à toute la famille et même aux peaux les plus sensibles.

Gage de qualité, Les Belles de savon a reçu en début d’année la Mention Slow Cosmétique.

Découvrez notre interview de cette jeune femme passionnée et engagée !

 

01_Portrait-Cécilie-Belles-de-savon

02_Portrait-Cécilie-Belles-de-savon

03_Portrait-Cécilie-Belles-de-savon

04_Portrait-Cécilie-Belles-de-savon

 

Pourriez-vous nous dire quelques mots sur votre marque Les Belles de Savon ?

Les Belles de Savon, c’est un hommage à la Belle Époque, à l’avènement du chemin de fer, à l’essor des villes d’eaux et aux bulles translucides d’un savon naturel en accord avec l’homme et la planète.

C’est une marque que j’ai voulu résolument ancrée dans l’histoire, intemporelle, mais aussi entièrement dédiée à la nature et adaptée à nos nouveaux modes de consommation : biologique, raisonnée, locale, naturelle, esthétique mais sans suremballage afin de limiter au maximum son impact environnemental.

 
 

Quel soin apportez-vous à la conception de vos produits ?

Tous les savons de la gamme sont imaginés et formulés par mes soins et cela commence toujours par une rencontre,  un souvenir personnel ou un instantané de la Belle Époque capté au détour d’une carte postale ancienne.

Chaque recette est inspirée par un personnage qui aurait pu évoluer dans une ville d’eau ou une campagne du Massif Central.

L’idée, c’est ensuite d’aller à sa rencontre, d’explorer son quotidien, les contraintes de son métier ou les avantages confortables de son statut social, pour récréer son univers, son empreinte olfactive et vous offrir une petite madeleine de Proust, un concentré d’histoires.

Selon le caractère ou le métier du personnage, vous retrouverez des senteurs évocatrices du milieu dans lequel il ou elle évolue et des ingrédients dont il a pu se servir, thé Earl Grey, chanvre, miel, camomille, rhododendron…

 
 

Quels sont les avantages d’un savon saponifié à froid ?

A l’inverse de 99 % des savons traditionnels que l’on trouve sur le marché, grande distribution, marchés artisanaux ou marques de luxe confondus, et qui sont en majorité fabriqués sur une base industrielle d’huile de palme déglycérinée, le savon à froid est obligatoirement travaillé à la main et saponifié à basse température (moins de 40°c) pour préserver justement les matières premières nobles et délicates dont il est constitué (huiles végétales bio d’olive ou de coco, beurre de karité équitable, lait entier utilisé frais et non lyophilisé, huiles essentielles précieuses) et conserver toute la glycérine naturelle créée dans le processus (et non pas ajoutée) pour une peau douce, souple et hydratée .

Cette technique ancestrale, écologique et respectueuse permet au savonnier de choisir les huiles qu’il va transformer en savon pour leurs intérêts cosmétiques et d’adapter les formules en fonction des ingrédients disponibles localement ou présentant tels ou tels bénéfices pour chaque type de peau.

Son impact environnemental reste très faible, quasi nul, au regard des géants de la cosmétique et du savon en général.

 

 

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

La Belle Époque, l’histoire, l’architecture thermale et le courant Art Nouveau emmené par Mucha.
La nature et ses bienfaits ainsi que ma région sauvage et préservée des Gorges de la Sioule dans les Combrailles, un petit territoire auvergnat au Nord Ouest du Département du Puy de Dôme.

 
 

Quelles sont vos habitudes éco-responsables ?

Je groupe toujours mes trajets et livraisons, je recycle l’eau de mon bain pour les plantes, le potager ou le compost, je n’achète que de la cosmétique naturelle ou je la fais moi-même et je consomme local et de saison au maximum par le biais des Ruches ou des boutiques de producteurs.

 

Quelles sont les adresses bio que vous nous recommanderiez ?

Pour la cosmétique bio, le site de l’Association Slow Cosmétique est très complet, fourmille de conseils, astuces et recettes à faire soi-même pour se libérer du greenwashing et apprendre à résister aux sirènes du marketing.

http://www.slow-cosmetique.org/

Et mon coup de coeur absolu va aux Douces Angevines pour leur cosmétique pionnière, pure et vivante.
http://www.doucesangevines.com/

 
 
 

Auriez-vous un conseil beauté à nous donner ?

N’appliquer sur sa peau que des choses que vous accepteriez de manger ou dont vous connaissez l’origine et explorer vos placards de cuisine et votre jardin, ils sont plein de secrets et d’ingrédients simples comme les huiles végétales, le yaourt, l’argile, le curcuma, la poudre d’amande que vous pourriez découvrir sous un jour nouveau.

Sinon, un bon savon à froid comme base de votre routine de toilette quotidienne vous évitera d’avoir à acheter des laits et des crèmes pour le corps.

Enfin, s’il ne fallait qu’un produit dans votre salle de bain, du vrai beurre de karité, brut, bio et équitable, il n’a pas son pareil pour hydrater, nourrir, réparer, assouplir, cicatriser et apaiser tous les petits soucis de peaux. Comestible, il peut s’utiliser sans problème sur les tout petits ou pour nos amis à 4 pattes.

 

 

Merci Cécilie !

 

Crédit Photos Les Belles de savon